Carré Curial

Chambéry

Ancienne caserne napoléonienne du XIXe siècle transformée en centre culturel et commercial.

  • Le carré Curial - F.Juttet
  • Le carré Curial - F.Juttet
  • Le carré Curial - F.Juttet

L'ancienne caserne Curial a été sauvée de la démolition et réhabilitée en 1986 pour accueillir tout un ensemble d’équipements contemporains à dominante culturelle, ainsi que des restaurants et des boites de nuit. L’importance de cette ancienne caserne montre bien le rôle de ville de garnison que Napoléon Ier entendait développer en 1804, car Chambéry était un point de passage obligé pour les troupes se rendant en Italie ou en revenant. En 1810, au moment où le gros œuvre est achevé, la future caserne a déjà coûté plus d’un million de francs, soit cinq fois plus que les nouveaux aménagements au château pour y installer la préfecture du département du Mont-Blanc ! Il s’élève sur deux étages et sa haute toiture d’ardoises agrémentée de mansardes lui donne son équilibre et son harmonie. Chacun des quatre corps de logis, bordé d'arcades sur la cour, mesure cent mètres de long. Les étages supérieurs sont garnis de galeries très vastes, où il était possible d'ajouter un grand nombre de lits. Le nombre de trois mille hommes que la caserne est reconnue pouvoir aisément contenir pouvait donc être doublé. A la fin du XIXe siècle, on baptisa la caserne du nom de « Curial », général originaire de Saint-Pierre d’Albigny, héros des guerres impériales. Extérieurement, l’ancienne caserne a conservé à l’ouest, une façade bien dégagée.
Aujourd'hui c'est l'une des rares casernes napoléoniennes sauvegardées en France.

Informations pratiques

  • Téléphone : 04 79 70 15 94

Quand ?

Toute l'année, tous les jours.

Où ?

Place François Mitterrand
73000 Chambéry

Comment venir ?

À proximité des lignes C, 2 et 3 (arrêt "Curial").

Plan d'accès

Commentaires

Veuillez vous identifier ou créer un compte pour ajouter un commentaire.

Information mise à jour le 28/12/2018
Auteur : Grand Chambéry Alpes Tourisme
Signaler un problème

À ne pas manquer

Magazine l'officiel
Remonter