Aimée, une exposition de Renée Levi

Tout l'agenda +
Annemasse 27/07/2021 Expositions

La Villa du Parc accueille l’artiste Renée Levi pour son exposition personnelle intitulée Aimée.

  • Renée Levi, Aimée, 2021 - Aurélien Mole
  • Renée Levi, Aimée, 2021 - Aurélien Mole
  • Renée Levi, Aimée, 2021 - Aurélien Mole
  • Renée Levi, Aimée, 2021 - Aurélien Mole
  • Renée Levi, Aimée, 2021 - Aurélien Mole
  • Renée Levi, Aimée, 2021 - Aurélien Mole
  • Renée Levi, Aimée, 2021 - Aurélien Mole

La Villa du Parc a retrouvé avec bonheur Renée Levi au début de l'année 2021. Le centre d’art contemporain à Annemasse avait en effet accueilli une proposition mémorable et éclatante de l’artiste installée à Bâle dans l’exposition Le syndrome de Bonnard en 2014, dans laquelle elle avait redéployé une installation murale fluorescente de la collection du MAMCO (Genève), en sculpture et palissade traversant l’espace domestique de la Villa du Parc.

L’invitation d’ampleur qui lui a été proposée pour 2021 a été motivée par l’envie après une année difficile et morose d’une exposition vive portée par une artiste dont on connaît la générosité et la précision, la radicalité picturale et l’acuité de la perception architecturale.

Pour la Villa du Parc, elle a conçu un projet sur mesure s’appuyant sur les variations de lumière naturelle et artificielle du lieu, jouant des effets rétiniens que celle-ci provoque en éclairant selon les heures les murs et un ensemble de peintures existantes et nouvelles. Dans l'œuvre de Renée Levi, “ le lieu concret, contingent, y est tangentiellement mis à contribution ”¹, écrivait avec justesse Christian Bernard, précisant ainsi comment l’artiste intègre les spécificités de l’espace afin d’optimiser les conditions de visibilité de son travail. C’est exactement dans cet état d’esprit qu'a été pensée l’exposition à la Villa du Parc, dans laquelle les toiles exposées sont prolongées et relancées dans des muraux in situ plus ou moins perceptibles.

Dans les nouvelles toiles, la plupart de format moyen ayant été produites cette année à l’atelier sans circonstance spécifique, Renée Levi met en tension et bouscule la ligne intuitive et fluo au spray qui lui est caractéristique. Sa forme est reprise et répétée en aplats segmentés, épais et géométriques, contraignant le dessin initial et permettant de nouvelles compositions hybrides et dynamiques. Si la répétition du motif est inhérente au processus pictural, physiquement engagé, de l’artiste, le déplacement de son geste premier vers l’abstraction géométrique, est tout à fait inédit et expérimental.

Entre la toile et le mur, la compression et l’expansion, la ligne qui se fait lettre et celle qui devient surface, la contrainte et le débordement, c’est toute une dialectique de jeu et d’introspection de sa peinture que Renée Levi inaugure et déploie à la Villa du Parc.

Nota bene sur Aimée :

Renée m’a fait part de sa joie d’avoir découvert l’existence d’Aimée, une genevoise franco-suisse, qui, dès 1942, à l’âge de 17 ans, a aidé des enfants juifs et des résistant.e.s à passer illégalement la frontière depuis Annemasse pour se réfugier en Suisse. Condamnée à l’époque par les autorités helvétiques, Aimée Stitelmann (1925-2004), communiste et antifasciste, devint après la guerre enseignante à Genève, et fut réhabilitée en 2004 par une loi d’amnistie votée par le Conseil fédéral suisse en faveur des militants anti-nazis. « L’exposition pourrait porter son prénom », m’écrivit Renée, « et serait ainsi dédiée à cette femme courageuse et inspirante, avec un si beau prénom, qui plus est en « ée » ». Cette coïncidence homonymique, heureuse, n’est en rien hasardeuse. Car Renée Levi porte une attention profonde, scripturale et picturale, au nom – et particulièrement au prénom, qui est propre à chaque femme, sans rattachement patrimonial – à ce qu’il évoque de l’identité, de la mémoire, et à la force que son affirmation impose. De Renée à Aimée, et à toutes les “ée”.s qu’une langue genrée comme le français ne cesse pourtant d’oublier, la voyelle inclusive se peint et s’universalise ici, en toute sororité.

Texte par Garance Chabert

Informations pratiques

  • Date : Du mardi 27 au samedi 31 juillet
  • Lieu : Annemasse
  • Tarif : Gratuit.

Quand ?

Du 19/05 au 31/07/2021 de 14h à 18h30.
Fermé le lundi.

Quel temps fait-t-il ?

Légère pluie

Plan d'accès

Commentaires

Veuillez vous identifier ou créer un compte pour ajouter un commentaire.

Vous aimerez aussi

Pollès - Pollès

Pollès Megève

Megève //

Le sculpteur Pollès investit la Place de l’Eglise de Megève à travers cinq œuvres monumentales présentées en collaboration avec la Galerie de Souzy.

mosaique-a-pivot-ifrate

L'atelier des curiosités

Montluel //

Dans l'atelier d'Anne, s'exprime l'unité de son univers où se mêlent l'homme, l'animal, la nature, tous présents ou suggérés.

Exposition photo poétique d'Anne-Bettina Brunet, Val Cenis Termignon - Haute Maurienne Vanoise - I.

Expo photo - Termignon en toutes saisons

Val-Cenis //

Une installation photographique semi-permanente, poétique, artistique et joyeuse de Anne-Bettina Brunet, tout au long d'une promenade aménagée, des images hiver vous surprendront en été, des images été vous réchaufferont en hiver.

Exposition temporaire "Taninges à travers la presse de 1850 à 1950"

Exposition temporaire "Taninges à travers la presse de 1850 à 1950"

Taninges //

À travers des coupures de presse d’époque, plongez dans les faits divers ou chroniques du quotidien qui ont marqué les décennies passées dans la vallée du
Giffre.

L'Association Arcade vous ouvre les portes de cette exposition vibrante.

Le Grammont - John-Francis Lecoultre

Exposition "Paysages de choix"

Saint-Gingolph //

Un parcours pictural dans la châtaigneraie de Saint-Gingolph vous permettra de découvrir les œuvres de John-Francis Lecoultre, pastelliste amoureux de la nature, dans une approche pleine de poésie et de fraicheur.

Information mise à jour le 04/05/2021
Auteur : Office de Tourisme des Monts de Genève
Signaler un problème

À ne pas manquer

  • LE CRAPAHUT DES DAHUTS

    LE CRAPAHUT DES DAHUTS

    La Côte-d'Arbroz
Magazine l'officiel
Remonter